les causes de l'augmentation des prix de terrains en côte d'ivoire

Qu'est ce qui est à la base de l'augmentation des prix des terrains ?


Des raisons géographiques, structurelles et conjoncturelles expliquent que le prix des terrains a fortement progressé en Côte d'Ivoire.

Les raisons géographiques
Certains territoires ont moyennement de la place et très peu de demandes donc les prix sont élevés (en bordure de mer principalement, les constructions sont réglementées et très coûteuses ; il y a moins d'habitants que dans les villes et moins de terrains constructibles).

 Par ailleurs, la culture agricole se développe et certains terrains lui sont réservés, ce qui fait grimper le prix des autres terrains locaux. La hausse du prix des terrains vient aussi du fait que la superficie des terrains vendus est de plus en plus petite, que certains endroits ont beaucoup de places et peu de demandes (le prix moyen des terrains y est faible mais a connu une forte augmentation inexpliquée).

 Et il y a également le fait que suivant les régions et quartiers, les prix différent beaucoup (plus la ville est importante, plus les prix y augmentent).


Les raisons structurelles
Une forte demande de logements et de terrains est alimentée par une augmentation du nombre de foyers plus rapide que l'accroissement de la population (liée aux divorces et séparations, à l'allongement de la vie, à la volonté des jeunes de ne plus vivre avec leurs parents et à la crise ou à la guerre) et les propriétaires en profitent pour augmenter les prix et faire des bénéfices.

Dans le même contexte, c'est lié aussi à la population qui augmente dans certaines villes suite au déplacement des habitants après la crise politico-militaire.


Les raisons conjoncturelles
Outre la baisse des taux de crédits qui ont engendré la flambée des prix, la pénurie de logements à louer, au fait qu'il n'y ait aucun baromètre officiel donc des prix librement fixés par leur propriétaire, la flambée des matériaux (sable, ciment, gravier) a elle aussi engendré la hausse du coût de la viabilisation des terrains.

De plus, le manque de moyens financiers de l'Etat qui ne peut plus contribuer à l'achat de terrains afin de permettre à l'AGEF de les aménager et de les revendre à des tarifs sociaux, a aggravé le problème.

 Et enfin les crises et guerres à répétition dans le pays font déplacer les populations dans des zones contrôlées par l'armée ivoirienne où les prix des terrains augmentent de manière incroyable.
Comments